Comment réussir tout ce que vous entreprenez, Tome I (4 500 FCFA)
Prix:  6.87   EUR (10.15$ CA)

1 points



Cliquez ici pour acheter

Catégorie :  Catégorie / Shop CIELTEL / Livres Electroniques

    Ajouter aux favoris  Ajouter aux favoris
    Imprimer  Imprimer

Description du produit :

Comment réussir tout ce que vous entreprenez - Tome I d Dr Joseph MOUMI de BAKONDJI

Lisez cet extrait du livre et jugez par vous même....

************

---------------------Les biographes sont unanimes pour dire que le génie créateur de Bill Gates, le célèbre milliardaire du logiciel informatique, est essentiellement alimenté par la lecture.

« B.Gates affectionne les biographies des personnages illustres, tels que Léonard De Vinci,Edison, Napoléon. La lecture lui permet de comprendre comment ces individus ont opéré face aux crises auxquels sont inévitablement confrontés les hommes de pouvoir. » affirme D.Ichbiah, un de ses biographes, dans La saga de Microsoft.

Il m’a semblé utile de relater quelques uns de ces parcours heureux. Avec l’espoir que leurs exemples apporteront plus d’enthousiasme et plus d’in formations à toutes celles et tous ceux qui caressent le rêve d’entreprendre et de réussir.

Un vieux proverbe Yoruba nous enseigne que :

«C’est l’expérience des autres qui a rendu le vieillard plus sage que le jeune homme » !

 

Par conséquent, il me plaît de commencer par cette lettre que j’ai reçue de Mme Berthe Menye, cadre dans une importante compagnie africaine de trans-port aérien, et qui a balayé brusquement un pan entier de préjugés que j’avais accumulés à l’égard du lectorat africain. Cette généreuse lectrice insi-nuait dans sa lettre que les thèses sur une méthode scientifique du succès, soutenues dans mon livre, lui rappelaient vivement celles de l’écrivain américain James Redfields, développées dans son ouvrage intitulé La Prophétie des Andes , qu’elle venait juste de lire. J’avoue que jusqu’à la réception de sa lettre, je ne connaissais ni l’existence de cet écrivain, ni celle de son ouvrage. Vivement piqué par la curiosité et la subtilité de ce rapprochement quelque peu prémonitoire, je me suis rendu immédiatement chez FNAC, le plus grand libraire de Paris. Après un tour de vérification, le jeune libraire du rayon Développement personnel m’a fait un signe de désolation. Et c’est léchant les belles vitrines de la libraire que j’ai retrouvé l’ouvrage par hasard, dans une de ces belles vitrines réservées aux ouvrages estampillés « Best-sellers».

 

Je ne me suis pas fait prier pour payer le prix d’un exemplaire d’un best seller qu’une lectrice avisée disait traduire la même vision que mes ouvrages. Quand j’ai fini, quelques heures plus tard, de le dévorer, j’étais aux anges, littéralement galvanisé. Non seulement nos thèses sur les mécanismes naturels de la réussite se rejoignaient, comme l’avait si bien perçu Mme B. Menye, mais la pertinence des découvertes de James Redfields m’apportait une des réponses que j’espérai à l’une de mes interrogations majeures. En effet, le geste salutaire de cette jeune dame m’a permis de relativiser fortement ce préjugé malheureusement fort répandu selon lequel, une majorité d’africains ne trouvait aucun intéret à la lecture.

Depuis lors, j’ai l’impression que la sagesse de la loi des séries roule pour moi. En effet, j’ai rencontré de nombreux autres lectrices et lecteurs qui m’ont fait le témoignage émouvant de leurs transformations et des projets réalisés grâce à la compréhension des principes de la réussite développés dans mes ouvrages.

 

Par exemple, je n’en croyais pas mes oreilles lorsque Monsieur J.M. Tamack, créateur de MIRA-CLE INFORMATIQUE, m’a avoué avoir pris la décision de se jeter dans l’aventure de la création d’entreprise, seulement après la lecture de Processus Chrysalis. Mme V.M. Fotsing, leader d’un réseau de distribution commerciale, m’a révélé pour sa part avoir fait le pas décisif de la création d’entreprise en lisant “Des diamants à vos pieds» de Russell Conwell et “Comment réussir tout ce que vous entreprenez” .

 

Monsieur F.X. Amougou a pris la peine de m’écrire pour me remercier et me faire savoir qu’il pu délaissé les petits jobs au profit d’un Job plus gratifiant dans une multinationale africaine grâce aux principes de programmation mentale découvert dans “Comment réussir tout ce que vous entreprenez”.

 

Mme V.M. Fotsing a eu la générosité de partager avec moi son opinion sur un phénomène social préoccupant. D’après elle, beaucoup de gens vivent de récurrentes expériences d’échec, parce que «notre environnement social demeure littéralement pollué par les messages lénifiants des nombreux tenants de la thèse du « handicap de l’environnement ».Ces derniers se démènent pour persuader qui veut les entendre de ce que les principes de la psychologie du succès ne marchent pas en Afrique, où sorciers et marabouts font la pluie et le beau temps chez les rares et audacieux candidats à la réussite.

 

Quel immense service, si tous ces incrédules pouvaient suivre l’exemple de Mme Fotsing, en lisant “Des diamants à vos pieds”. Ils se rendraient bien compte que la plupart des mines de diamants se trouvent aux pieds de l’Afrique Inutile de rappeler que quand on a longtemps ruminé la question de l’utilité d’une entreprise, les témoignages comme ceux de Mme Fotsing, de M.Tamak ou de M. Amougou vous galvanisent littéralement et vous incitent à braver des obstacles qui ne manquent jamais sur le chemin de tout candidat à la réussite.

En définitive, j’ai compris, à l’issue de ce long périple, que le problème en Afrique n’était pas le manque d’intérêt pour ce genre de littérature. Il m’apparaît plus clairement que le problème du peu d’intérêt pour la lecture tient, ne serait ce que partiellement, à la qualité des ouvrages de lecture proposés. J’ai constaté que le marché s’est obstiné à proposer à ses lecteurs, des ouvrages intéressants certes, mais dont une majorité ne répondait pas à leurs besoins actuels. Autrement dit, proposer aux lecteurs des ouvrages de philosophie serait moins judicieux que de leur proposer des ouvrages qui répondent de façon pragmatique à leurs besoins urgents de survie. Car dans de nombreuses contrées africaines la vision des lecteurs est beau coup tournée vers le “primum vivere” et moins vers le “philosophare”.

 

C’est pour mieux répondre à ce besoin de survie des hommes, des entreprises, et des institutions du continent berceau des civilisations, que j’ai décidé de restructurer et de renforcer le contenu de cet ouvrage, pour lui donner une meilleure efficience.

 

Comme pour achever de me convaincre du bien-fondé de cette mission, mon cousin Jean Sindjui, celui de la Citroën Pallas CX., dont j’étais loin de soupçonner l’intérêt pour mes travaux, m’a fait remarquer, avec un enthousiasme qui m’a littéralement surpris, que j’avais un travail de pionnier qui m’attendait sur le terrain. D’après lui, cette mission en valait largement la peine, convaincu que les résultats combleraient plus d’attentes que ce que je pouvais imaginer. Les réalités semblent lui donner raison aujourd’hui.

 

Je tiens à dire une fois de plus merci à toutes ces personnes sans les suggestions, les observations et les conseils desquelles je n’aurai jamais cerné cette immense réalité. Leurs conseils, appuis et suggestions m’ont apporté toute l’énergie dont j’avais besoin pour reprendre une tâche aussi fastidieuse.

 

Un « TOUT » polysémique et polémique.

 

De nombreux lecteurs m’ont interpellé vivement sur le contenu du mot « Tout » qu’ils estiment être un mot de trop dans le titre de l’ouvrage

« Dr Moumi, pensez-vous sincèrement que nous puissions réussir « tout « ce que nous entreprenons?

Evidemment oui ! ai-je l’habitude de - répondre, mais toujours avec la nuance suivante :

«Mais à condition de respecter, pour tout ce que vous entreprenez, la démarche méthodologique et scientifique conseillée dans notre ouvrage, notamment les chapitres consacrés à « La programmation mentale de la réussite» et à « La visualisation du projet »

En discutant avec ces lecteurs qui ont eu l’amabilité de m’interpeller sur la « faisabilité » de ce «tout », je me suis rendu compte que malgré les nombreux développements et les témoignages réunis dans le chapitre de la programmation mentale de la réussite, il était nécessaire de prévoir des échanges en conférence et en séminaire, afin qu’ils prennent définitivement conscience de ce que le processus de cristallisation est identique pour tout projet, pourvu que celui-ci soit convenablement programmé dans le champs mental de son initiateur.

 

Du reste, je suis conscient de l’importance et de la nécessité de ce travail pédagogique de répétition, car la compréhension de ce processus de cristallisation est la clé de la réussite de cette méthode.

 

C’est à cet effet que je m’évertue à reprendre, chaque fois que cela me semble nécessaire, les analyses et développements y afférant.

 

« Dans ce cas pouvez-vous nous présenter quelques cas d’hommes ou de femmes ayant réalisé cette prouesse de réussir « tout » ce qu’ils ont entrepris» ?

 

C’est pour la même raison que j’ai dû renforcer la version initiale de cet ouvrage, à l’aide de plus amples témoignages, non seulement dans le chapitre réservé à la programmation mentale, mais aussi dans d’autres chapitres pour lesquels j’avais des témoignages édifiants sous la main.

 

C’est avec plaisir que j’évoque le cas Cheik Modibo Diarra. Pour la bonne raison que le cas Modibo est un cas fort connu, tant dans la communauté africaine que dans la communauté scientifique internationale. Puissent ces lecteurs s’inspirer du cheminement de cet astrophysicien malien, qui présente l’avantage d’avoir fait ses études primai-res à Ségou, son village natal. Navigateur interplanétaire à la NASA américaine, Dr Cheik Modibo Diarra a dirigé cinq missions de la plus haute importance à la Nasa : des investigations sur des planètes qui étaient jusqu’à là non explorées.

 

MAGELAN : navette spatiale ayant pour destination la planète VENUS.

 

ULYSSE : Navette spatiale ayant pour destination les Pôles du SOLEIL

 

GALILEE : Navette spatiale ayant pour destination la planète JUPITER.

 

MARS OBSERVER : Navette Spatiale ayant pour destination la planète MARS

 

MARS PATHFINDER : Navette spatiale ayant pour destination la planète MARS.

 

Sur les cinq missions, une, Mars Observer, a été un échec. Il n’en demeure pas moins que pour la communauté scientifique mondiale, la carrière de Modibo soit, globalement, un immense succès.

 

Dr Cheik Modibo a par ailleurs réalisé avec succès, en collaboration avec le camerounais Jacques Bonjawo, le projet UVA, (Université Virtuelle Africaine), structure qui offre aujourd’hui des possibilités de formation à distance à des milliers d’étudiants africains.

 

Le navigateur interplanétaire assure désormais la fonction de Présidente de Microsoft -Afrique, après avoir assuré la fonction d’Ambassadeur de Bonne Volonté à l’UNESCO.

 

En réponse à votre question de savoir si un homme peut réussir tout ce qu’il entreprend, ajoutons que le même Modibo est en train de réaliser un autre rêve : celui de devenir grand agriculteur au MALI natal.

 

Le lecteur a peut-être remarqué que ce digne fils de Ségou a eu le temps, entre deux missions planétaires, d’écrire un ouvrage autobiographique, publiée sous le titre évocateur de Navigateur interplanétaire !

 

Il convient maintenant de préciser que de ces succès ne veut pas dire que Dr Cheik Modibo n’a jamais connu d’échec ! Il avoue d’ailleurs dans son ouvrage précité avoir essuyé quelques échecs dans sa vie.

 

Et c’est le lieu de dire que toutes ces personnalités à succès ont connu chacune des échecs à un moment donné de leur parcours. Et qu’il est rare qu’une personne humaine, au sens de Maslow, puisse respecter, tout le temps, tous les principes et les méthodes de réussite, tels que présentés dans notre ouvrage. Car, en réalité, tout individu, aussi parfait soit-il, présente à un moment donné de son parcours, de signes de faiblesse. L’histoire nous apprend, à cet effet, que c’est au cours d’une période fatidique de faiblesse que Napoléon, le plus grand conquérant que le monde ait connu, a perdu la bataille de WATERLOO.

 

Je suis persuadé qu’en méditant sur les réalisations du Navigateur Interplanétaire, la loi de l’introjection aidant, le lecteur sera mieux averti et aura étendu, tout au moins mentalement, son champ de possibilités, non sans avoir révisé à la hausse le champ de perception de son propre potentiel de réussite.

 

Vous comprenez maintenant pourquoi après plusieurs éditions, il me plaît toujours d’introduire cet ouvrage par cette pensée toujours actuelle, de Maya ANGELOU, sur l’immensité du potentiel de réalisation de l’être humain.

 

« L’être humain sculpte. Pourquoi pas moi ? Je suis un être humain »

 

Quelques mises au point…


Pays couverts par ce partenaire :
Tous les pays